Est-il plus facile pour les personnes parlant couramment un dialecte d’apprendre la langue arabe ?

« Mais pour toi c’est facile, tu parles déjà le Darija !»

Si tu es originaire d’un pays où l’on parle l’arabe dialectal, tu as sûrement dû avoir cette réflexion lorsque tu as entrepris l’étude la langue arabe littéraire.  Mais qu’en est-il réellement ? Est-il vraiment plus facile pour un maghrébin d’apprendre l’arabe littéraire ? C’est ce que je vais aborder dans cet article.

 

Le dialecte arabe : un pied à l’étrier

On ne peut nier que les apprenants ayant baigné depuis l’enfance dans un environnement où le dialecte arabe était omniprésent aient quelques facilités et avantages quant à l’approche de l’arabe dit Fusha. Ainsi la prononciation des mots et des sons de l’alphabet à l’instar des lettres gutturales jugées les plus difficiles pour les non arabophones est pour beaucoup déjà maîtrisée.

Par exemple la lettre ع qui est difficile à prononcer lorsque tu ne parles pas l’arabe.

 

Un vocabulaire familier

De plus, le dialecte ou al-lahja, semble plus familier pour ces personnes car la ressemblance des termes est très proche voire identiques pour un grand nombre d’entre eux. Prenons l’exemple d’adjectifs de description tels que kabîr, saghîr, marîdh, souq, baqara que nous retrouvons dans la grande majorité des dialectes arabes.

Ajoutons à cela, une facilité de compréhension orale ou écrite dans laquelle la réflexion fait appel aux similitudes du dialecte, l’aisance à trouver ses mots dans ce cas de figure n’est pas négligeable.

 

Des avantages avec leurs inconvénients

Mais être passé par l’apprentissage d’un ou plusieurs dialectes arabes avant celle de l’arabe littéraire n’est pas sans conséquence.

En effet, les codes linguistiques diffèrent et peuvent se trouver aux antipodes de celles de la langue pure. Dans certains dialectes les verbes ou les noms ne sont pas soumis à un ordre précis par rapport au reste de la phrase. Pire, ils ne répondent pas du tout aux règles de la grammaire ou de la conjugaison.

Le duel par exemple n’existe pas, il se fondra dans le pluriel. Idem pour la conjugaison du pluriel féminin qui sera assimilé au pluriel masculin.

Exemple concernant le dialecte algérien :

اجلسا= اجلسو ، هن يشربن = يشربو

 

Des mots qui changent

Le dialecte arabe en comparaison à l’arabe littéraire verra dans la plupart de ses termes une suppression d’une ou plusieurs lettres, une fusion de mots en un seul ou encore l’émergence de nouveaux mots originaires de langues étrangères.

Ainsi les égyptiens utilisent par exemple le terme موي s’éloignant de l’original ماء pour désigner l’eau , le ق sera tantôt remplacé par le Gu ou le أ dont il faudra se débarrasser pour éviter les confusions.

 

Des emprunts linguistiques de tout horizon

Concernant les emprunts linguistiques qui ont inondé les dialectes au cours de l’Histoire, il serait faux de penser que ces derniers sont exclusivement d’origine arabe. Ils sont également issus de langues étrangères comme que le berbère, le turc, l’espagnol, l’italien, et même le français ! Les mots comme sukarji (ivrogne), tabsi (assiette) ou mangusha (boucle d’oreille) dans le dialecte algérien sont d’origine turque. La chita (brosse) et la balgha (pantoufle) ou encore qmajja (chemise) sont quant à eux empruntés à l’italien. Les exemples de telles situations ne manquent pas selon que le pays en question ait connu sur son territoire la présence d’un empire (ottoman) ou la colonisation.

 

Voir l’article : Quand l’Occident parlait arabe

 

Conclusion

Enfin, nous pouvons rassurer les non arabophones pour répondre à cette réflexion car bien qu’ils fourniront des efforts quant à l’acquisition du vocabulaire, ils ne connaîtront pas les mêmes confusions que pourraient rencontrer leurs camarades originaires de pays arabes. L’ensemble des règles relatives à l’apprentissage de la langue littéraire leur octroiera des automatismes efficaces pour la poursuite de leurs études.

C’est d’ailleurs pour ça que notre institut travaille au quotidien pour offrir à nos étudiants la meilleure expérience et le meilleur apprentissage de l’arabe aussi bien à ceux qui parlent un dialecte, qu’à ceux qui n’en parlent pas.

Ainsi si tu souhaites apprendre à lire et à écrire l’arabe facilement, voici le lien vers le programme de formation.

Si tu sais dèjà lire et écrire mais que tu veux passer un cap avec la grammaire voici le lien de la formation complète

 

Tu cherches à apprendre l'arabe pour progresser dans ta religion ? 

Accède gratuitement à nos cours et découvre notre méthode, spécialement conçue pour les francophones.

0 risque, 0 engagement et 100% d'élèves satisfaits ! 

Pin It on Pinterest