Quand l’Occident parlait arabe

16 décembre 2018

C’est au moment de la succession du Prophète (paix et bénédiction sur lui), que débutent véritablement les conquêtes musulmanes. Celles-ci prirent une ampleur considérable à travers le monde et allèrent diffuser par la même occasion une langue unique et porteuse de savoirs. Aussi, l’Empire Omeyyade suivi de celui des Abbassides témoignèrent d’une expansion spectaculaire. Et alors que l’Europe s’engouffrait dans un Moyen-âge conflictuel et austère, jaillit une civilisation des plus brillantes : celle d’Al Andalous. Quand l’Occident parlait arabe : retour sur une période occultée par nos manuels d’histoire.

L’Andalousie arabo-musulmane

 

L’instigateur de l’arabe en Andalousie fut le célèbre Tariq Ibn Ziyad qui y lança son expédition victorieuse au VIIIème siècle. L’Espagne connut alors son âge d’or sous le règne d’Abderrahman III et de son fils Al Hakam. Ce dernier qui prit à cœur tout au long de son règne, la transmission des savoirs, constitua une bibliothèque riche d’environ 400 000 volumes. Pendant plus de huit siècles, la péninsule ibérique s’était imprégnée d’une langue commune : l’arabe.

 

La science : ce riche fil conducteur

 

Largement propagée par le biais de l’enseignement de l’Islam, l’arabe permit la multiplication de centres d’enseignement à caractère religieux, linguistique et littéraire qui jouèrent un rôle conséquent dans la propagation de cette langue. Aujourd’hui encore, son empreinte témoigne de son influence à travers le lexique espagnol. Les termes débutants par “al” en sont bien évidemment les plus manifestes : alcohol” , “alcanfor”, “alfabrega”, “Alicante”, “alcatraz… mais aussi  “emir”, “granada”, “limon”, “jabali”, “naranja”, ou encore le fameux territoire de Gibraltar composé de « jabal » et “Tariq ”autrement dit “la montagne de Tariq”.

 

La Sicile arabo-musulmane

 

Il serait néanmoins réducteur de limiter la diffusion de l’arabe à l’Espagne quand on sait que la Sicile, elle aussi, rayonna du fait de la présence musulmane. En effet, ce pays riche en échange interculturel connut lui aussi une invasion arabe (Aghlabides puis Fatimides), et ce, à partir du IXème siècle. Et bien qu’au carrefour de trois civilisations (arabo-musulmane, normande et latine), ce n’est qu’à partir de la création du royaume de Sicile en 1130 sous le roi normand Roger II, qu’une symbiose des cultures vit le jour.

 

Le roi normand Roger II : un roi sous le charme

 

Sa politique de tolérance et son amour profond pour le monde arabo-musulman en fit un grand mécène très généreux à l’égard des savants et artistes de confession musulmane. Il y encouragea des traductions diverses faisant découvrir au monde occidental l’éclat des sciences arabes et héllénistes. Il n’hésitera pas non plus à frapper sa monnaie en arabe, faire rédiger les documents dans les trois langues et adoptera même un mode de vie semblable aux califes. Il était même surnommé “le plus arabe des rois normands”.

 

Un nouveau dialecte est né

 

Ainsi, les normands s’approprièrent naturellement cette langue allant jusqu’à faire naître un nouveau dialecte médiéval : l’arabe sicilien. Cette fusion linguistique engendra des termes tels que Gaddemi pour khaddam ou encore l’expression d’étonnement « santudina » (santa + din). Toutefois, les frontières n’arrêtèrent pas l’expansion de l’arabe qui,  grâce aux mouvements des traductions, s’implanta à son tour dans le lexique français. C’est l’emprunt, qui dans une nécessité de trouver une appellation pour désigner un objet, une technique ou une science, revêtit cette fonction. De ce fait, la supériorité technique de la civilisation arabo-musulmane donna naissance à algèbre”, “chiffre” (sifr), “alambic”,  “sirop”, “estragon” … empruntés à leur tour au langage grec pour nombre d’entre eux.

 

Pourtant, tout comme le déclin d’Al Andalous, la Sicile connaîtra à son tour la fin d’une époque unique en son genre.  Cette cohabitation harmonieuse entre chrétiens, juifs et musulmans de par la richesse de leurs échanges firent tout de même briller un Occident qui semblait jusqu’alors tendre la main à l’Orient et n’aspirer qu’à cela. C’est un peu dans cette continuité que nous recherchons aujourd’hui l’apprentissage de la langue arabe, langue de l’Islam. Sans doute est-elle le seul moyen pour nous de retrouver notre gloire d’antan !


Tu cherches à apprendre l'arabe pour progresser dans ta religion ? 

Accède gratuitement à nos cours et découvre notre méthode, spécialement conçue pour les francophones.

0 risque, 0 engagement et 100% d'élèves satisfaits ! 

Katiba Rédactrice web

A propos de l'auteur

Katiba Rédactrice web